Chemin artistique

     Mon parcours professionnel et personnel s’articule autour de la communication et de l’expression.

     Interprète en langue des signes, je me suis plongée dans le monde du silence et des sourds, pour finalement remonter à la surface et m’ouvrir au son et à la voix en devenant journaliste radio et réalisatrice TV. 

     Depuis le début, j’explore ce lien invisible, entre les entendants et les sourds, entre ce qui est dit, et ce qui ne l’est pas, ce qui est montré et ce qui est implicite.

     Je me suis ainsi longuement intéressée aux blessures visibles et invisibles de la guerre, et ai réalisé plusieurs reportages et documentaires sur les Gueules Cassées (celles d’hier et d’aujourd’hui), le syndrome post-traumatique, les veuves de guerre, mais aussi les nouveaux-nés (les rescapés du premier des combats : la naissance !) et les anciens religieux (ceux que l’on appelle vulgairement « les défroqués »).

     En marge de mon travail journalistique, l’art est venu m’offrir l’alternative qui me manquait pour dire ce que je n’arrivais pas à exprimer. En peinture d’abord…puis dans la rue avec ce que j'ai appelé le Sweet art.

     J’ai d’abord commencé par distribuer de petits mots doux aux usagers du métro pour briser la glace. 4 carnets ont été publiés aux éditions Casterman par la suite sur ces SMS manuscrits, sorte de nouvelle langue pour lutter contre la promiscuité subie. Les Textopolitains sont une réminiscence de mon passé d’interprète en langue des signes.

     J’ai continué de jouer, avec un rouge à lèvres cette fois, en écrivant des

messages positifs sur les miroirs des toilettes des femmes dans les lieux

publics, pour qu’elles changent le regard qu’elles portent sur elles, à

l’heure du selfie-roi.

Puis la peinture est entrée dans ma vie, comme une bourrasque en 2012.

Depuis, j’ai réalisé une série de toiles à partir des draps de mon arrière-grandmère pour y peindre de nouvelles scènes d’alcôve et ainsi réécrire l’histoire. Cette série s'appelle Dans de beaux draps.

Pour Surface de réparation, j’ai choisi 3 couleurs de pigments, le bleu, le rose, le rouge (le masculin, le féminin et la matrice) pour une grande série de toiles abstraites.

Enfin pour la série Figure-toi ! (des portraits réalisés au couteau à voir ici), je me suis fortement inspirée de mes nombreux reportages sur les Gueules Cassées et les défigurés.

Avril 2016 Hernandez Art Gallery à Milan (Italie) - Exposition collective de femmes peintres     européennes « Woman Essence »  (Curator : Laura Di Trapani)

Mars 2016 Performance #flyingproject (Libération de papillons blancs) – Paris (France) - Projet pour la Nuit Blanche 2016

Novembre 2015 Performance « Haut les cœurs ! » - Paris (France)

Juin 2015 Figure-toi ! - Exposition collective - Atelier Fond de Cour - Paris (France)

 

Mai 2015 Figure-toi ! - Exposition personnelle - Les Frigos - Paris (France)

 

Novembre 2014 Dans de beaux draps - Exposition collective –  Atelier Fond de Cour - Paris (France)

Mai 2014 Surface de réparation / Zones de Turbulence – Exposition personnelle - Les Frigos- Paris (France)

  • Anne Cazaubon Europe 1
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Pinterest Social Icon