Parcours autodidacte  


La peinture est entrée dans ma vie, comme une bourrasque en 2012. Son irruption est à relier à mon parcours professionnel, qui s’articule autour de la communication et de l’expression. 

Interprète en langue des signes, je me suis plongée dans le monde du silence et des sourds,

pour finalement remonter à la surface et m’ouvrir au son et à la voix en devenant journaliste radio et réalisatrice TV.  
Depuis le début, j’explore ce lien invisible, entre les entendants et les sourds, entre ce qui est dit, et ce qui ne l’est pas, ce qui est montré et ce qui est implicite. En cela, la pratique artistique m’offre une alternative quand le reportage ou le documentaire ne suffit plus. 
Chaque projet est conceptualisé, avec des règles bien définies:

Pour la série  Dans de beaux draps , j’ai réutilisé les draps de mon arrière-grand-mère pour fabriquer mes toiles, y peindre de nouvelles scènes d’alcôve et ainsi réécrire l’histoire.

Pour Surface de réparation, j’avais choisi de réaliser une série de grands abstraits avec seulement 3 couleurs de pigments, le bleu, le rose, le rouge (le masculin, le féminin et la matrice).

Et pour Figure-toi ! (portraits réalisés au couteau), je me suis fortement inspirée de mes nombreux reportages sur les Gueules Cassées et les défigurés.


En marge de mes activités picturales, je joue avec l’environnement urbain et y réalise des performances, toujours en interaction avec le public. J'appelle cela du "Sweet art". Cela revêt différentes formes et s'exprime sur plusieurs supports. Après avoir distribué des petits mots dans le métro (Les Textopolitains,) j'ai décidé de remonter à la surface et, tout en restant connectée au métro, je me suis attelée à « libérer » ces émotions enfouies sous terre. Un nouveau terrain de jeu s’offrait à moi : les bouches d’aération.

Celles qui soulèvent les jupes des filles et qui réchauffent les sans-abris...

mais aussi celles qui réveillent "l'enfant dans l'adulte".


CV artistique:  

Avril 2016: Hernandez Art Gallery à Milan (Italie) - Exposition collective de femmes peintres européennes « Woman Essence »  (Curator : Laura Di Trapani) 
Mars 2016: Performance #flyingproject (Libération de papillons blancs) – Paris (France) - Projet pour la Nuit Blanche 2016 
Novembre 2015: Performance « Haut les cœurs ! » - Paris (France) 
Juin 2015: Figure-toi ! - Exposition collective - Atelier Fond de Cour - Paris (France) 
Mai 2015: Figure-toi ! - Exposition personnelle - Les Frigos - Paris (France) 
Mai 2014: Zones de turbulences - Exposition personnelle - Les Frigos- Paris (France) 
Novembre 2014 : Dans de beaux draps - Exposition collective –  Atelier Fond de Cour - Paris (France) 
Mai 2014: Surface de réparation / Zones de Turbulence – Exposition personnelle - Les Frigos- Paris (France)

 

Tisser du/des lien(s), briser la glace, donner de la voix, communiquer - et littéralement mettre en commun :

Anne Cazaubon s’affaire pour que naisse l’échange, dans la proximité subie comme dans les grands espaces de liberté.

Tour à tour zones de turbulences, territoires d’affrontement sinon champs de bataille, surfaces de réparation, ses toiles mettent en scène l’intime et le rendent universel.

Le figuratif touche, les visages (s’) expriment, l’abstrait s’humanise. Avec surtout du rouge, du rose et du bleu.

Le sang, la chair, l’océan, la nuit. La vie.

 

Ses toiles sont pleines de cris ou de silences pour qui veut bien tendre l’oreille ; nous voilà dans de beaux draps.

Et sinon, reste le plaisir des yeux. Il est grand temps de rallumer les étoiles et de souffler des paillettes dans le gris du quotidien.

Anne Cazaubon met du sens dans tout ce qu’elle fait – c’est peut-être même dans ce qui paraît particulièrement superficiel que s’en cache le plus.

Libre à chacun d’y trouver le sien.

  

                                                          -Sophie Adriansen, Ecrivain  http://www.sophieadriansen.fr/

                             

Weave the link (s), break the ice, give voice, communicate - and literally share:

Anne Cazaubon is working for the birth of the exchange in the vicinity suffered as in the wide open spaces.

Alternately areas of turbulence, confrontation if battlefields territories penalty areas, his paintings depict the intimate and make it universal.

Figurative key faces (s') express the abstract is humanized. Especially with red, pink and blue.  The blood, the flesh, the ocean, the night. Life.

 

Her paintings are full of screamings or silences for anyone who would lend an ear. Here we are : in trouble.

And if not, there will still be pleasure for the eyes. It is time to rekindle the stars and blow glitter in the everyday gray.

Anne Cazaubon makes sense in everything she does -Maybe it's even in what seems particularly superficial that is hiding the most.

Everyone is free to find their own.